TCHAD: Un an après le Dialogue national, l’OCT qualifie la transition de faire le surplace

A travers un point de presse animé par son Président Me. Nodjitoloum Salomon ce vendredi 27 octobre 2023, l’Observatoire Citoyen affirme que la transition au Tchad fait du surplace.

A l’entame de sa déclaration Me Salomon a rappelé le but de la tenue du DNIS censé permettre aux tchadiens de réfléchir à la refondation de la République du Tchad à l’issue duquel, plusieurs décisions, recommandations et résolutions ont été adoptées notamment la prorogation de la transition de 24 mois, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, l’organisation d’un référendum sur la forme de l’Etat, etc. mais force est de constater que rien ne bouge.

Évoquant la répression violente du 20 octobre 2022 ayant occasionné plusieurs décès, des blessés, des arrestations des centaines de jeunes et transférés à la prison de haute sécurité de Korotoro Me. Salomon martèle que des partis politiques de l’opposition, des organisations de la société civile et la communauté internationale ont appelé à l’ouverture d’une enquête indépendante pour établir les responsabilités mais malheureusement, aucune suite n’a été donnée à ces appels.

Selon lui, douze (12) mois après la fin du dialogue national, force est de constater que la transition politique du Tchad avance, mais les engagements pris par les autorités ne semblent pas être respectés, notamment en ce qui concerne l’inclusion et la transparence dudit processus.

“Le gouvernement dit d’union nationale est composé majoritairement des représentants de l’ancien parti au pouvoir (MPS) et des personnalités proches des autorités de la transition, créant la frustration au sein de la population, la composition de la CONOREC est partisane et contestée par la classe politique et de la société civile” constate t-il.

Il indique aussi que le Gouvernement a adopté et soumis au Conseil National de Transition (CNT) un seul projet de Constitution relatif à l’Etat unitaire dit fortement décentralisé,alors que le Dialogue national avait recommandé la soumission au referendum de deux projets notamment celui relatif à la forme de l’Etat (Etat fédéral ou Etat unitaire).

Il a relèvé dans sa déclaration quelques manquements dans le processus à savoir les irrégularités dans l’opération de révision du fichier électoral, la sélection partisane du personnel d’appui et l’inadaptation des kits, l’insécurité à N’Djamena et dans les provinces, les conflits intercommunautaires et éleveurs-agriculteurs qui endeuillent quotidiennement les familles tchadiennes, le retard de la concrétisation de l’accompagnement de la transition tchadienne par la Communauté Internationale.

Les nominations à des postes de responsabilité et l’élévation aux grades supérieurs dans l’armée sans tenir compte des compétences et des besoins réels du pays, l’augmentation des prix des denrées alimentaires de première nécessité, l’adoption des ordonnances liberticides restreignant d’avantage l’espace civique et la société civile ne joue pas véritablement son rôle poursuit-il.

L’Observatoire Citoyen de Transition recommande donc la mise sur pied d’un véritable Gouvernement d’union nationale pour conduire les opérations électorales venir, l’organisation d’une enquête internationale indépendante pour établir les responsabilités des événements du 20 octobre 2022.

Il demande aussi l’organisation d’un dialogue politgque pour apaiser la crise sociopolitique actuelle, le suivi du processus de la transition tchadienne par la communauté internationale et la révision des ordonnances prises le 20 aout 2023 pour restreindre les libertés fondamentales.