Le Tchad rate un Projet CNPC de 3000 Milliards de CFA au profit du Benin.

Le Niger et la Chine vont construire un oléoduc de 2000 km afin d’exporter du pétrole brut à partir des champs d’Agadem (sud-est nigérien) jusqu’au port de Sèmè au Bénin, a-t-on appris mercredi auprès de la présidence nigérienne.

Le coup d’envoi des travaux de l’oléoduc a été donné mardi par le président Mahamadou Issoufou à Koulélé dans l’Agadem, la zone pétrolière située dans la région de Diffa (sud-est) où la China national Petroleum corporation (CNPC) extrait du pétrole depuis 2011.

Les travaux vont durer 42 mois et coûteront 4,5 milliards de dollars.

Niamey a jusqu’ici privilégié l’évacuation de son brut par un port camerounais via le Tchad voisin. Cette zone connaît des incursions meurtrières des djihadistes de Boko Haram basés au Nigeria voisin.

Le Bénin au lieu du Tchad

“Finalement, c’est l’option béninoise qui a été retenue pour diverses raisons”, a expliqué Foumakoye Gado, le ministre nigérien du Pétrole, qui a signé dimanche avec M. Wang Zhong Cai, président de la China national oil and gas exploration and development coorporation (CNODC, filiale de la CNPN), la convention pour la réalisation de l’oléoduc.

L’or noir est jusqu’ici acheminé par oléoduc (462 km) d’Agadem à Zinder (centre sud nigérien), où il est raffiné à raison de 20.000 barils par jour.

Pour augmenter sa production, le Niger a signé en 2018 un accord avec la CNPC, lui permettant d’atteindre une production globale de 110.000 barils par jour dès 2021.

La contribution du pétrole au produit intérieur brut du Niger sera multipliée par six dans trois ans, a annoncé mercredi le président nigérien.

“Jusqu’ici, le pétrole contribue pour 4% du PIB mais à partir de 2022 le pétrole va représenter près de 24% du PIB du Niger”, a dit le président Mahamadou Issoufou à la télévision d’Etat.

Le Niger, un des pays les plus pauvres du monde, est également riche en uranium et en or.

 

 

Source RTBF

One Reply to “Le Tchad rate un Projet CNPC de 3000 Milliards de CFA au profit du Benin.”

  1. C’est tout à fait normal parce que nous, bien que nous aillons un oléoduc déjà établit nous n’avons pas un port propre à nous, mais il faut négocier encore avec le Cameroun et les Camerounais sont connus pour être des très mauvais négociateurs. Nous ne somme pas maitre des offres que nous pressentons au Niger sans l’implication du Cameroun or, avec les Béninois c’est une négociation 1 à 1 et face à face.

Comments are closed.